Le gouvernement Ayrault : un concentré de communication

La nomination d’un nouveau gouvernement au lendemain de la présidentielle ne constitue  pas seulement la pose de la première pierre d’un chantier de cinq ans.  C’est aussi une opération de communication en soi, qui permet d’émettre un message fort pour surfer de façon optimale sur les cent jours de l’état de grâce. Nicolas Sarkozy en 2007 avait distillé des messages explicites avec la nomination de l’équipe Fillon, dont la composition à elle seule, opérait un grand-écart idéologique et communicationnel. La valorisation assumée d’une identité nationale décomplexée (au travers notamment d’un ministère dédié) côtoyait une ouverture à gauche matérialisée par la présence de personnalités issues du Parti Socialiste et d’un secteur associatif habitué à bouder les décisions de la droite ( Martin Hirsch, Fadela Amara). Enfin l’ouverture des fonctions ministérielles à la « diversité »  venait parachever le portrait d’une Droite nouvelle, voulue comme représentative de tous les français. Cela permettait au passage de couper l’herbe sous le pied aux détracteurs de la notion d’identité nationale citée plus haut. Lire la suite